L’OMS publie des recommandations sur la surveillance des blessures

Ce manuel, qui est publié par l’Organisation mondiale de la santé et les Centers for Disease Control and Prevention aux États-Unis, est conçu pour aider le personnel médical des pays en développement à mettre en place des systèmes de suivi des décès et des incapacités. aider les planificateurs et le personnel clinique de première ligne à produire des données systématiques sur les blessures, qu’ils travaillent dans un hôpital de ville informatisé ou dans une clinique de premiers secours à distance. L’information générée par les systèmes aidera à cibler l’action visant à réduire les taux de blessures. Les blessures, qu’elles soient intentionnelles ou non, ont été considérées comme des «erreurs». du mouvement de santé publique. La prévention a été négligée jusqu’à une grande partie parce que, selon l’OMS, les blessures étaient considérées comme des accidents ou des événements aléatoires. Maintenant que le rôle de la prévention des ceintures de sécurité est mieux compris, les efforts de santé publique sont encore entravé par le manque d’informations sur le nombre, les types et les circonstances des blessures. Les systèmes de surveillance sont les moins développés dans les pays pauvres, où le nombre de décès et d’incapacités est souvent le plus élevé. Bien que les directives soient conçues pour faciliter la mise en place de systèmes de collecte de données dans tous les contextes, elles sont particulièrement utiles. restrictions sur les ressources. Ils expliquent comment mettre en place des systèmes simples, bon marché mais efficaces pour collecter, coder et traiter les données dans des endroits où il peut y avoir peu ou pas d’équipement électronique, des sources d’alimentation inadéquates, peu de personnel et aucune expertise en recherche. Ce manuel reproduit des modèles utilisés dans les hôpitaux d’Afrique du Sud, de Jamaïque et du Nicaragua. Plus de cinq millions de personnes meurent chaque année dans le monde et beaucoup d’autres ont des handicaps permanents ou à court terme, selon les chiffres de l’OMS. Les collisions routières sont la principale cause de décès liés aux blessures chez les hommes, et les blessures auto-infligées sont la principale cause chez les femmes. Mais les causes varient selon la région. En Afrique, les guerres sont la principale cause de décès par traumatisme, tandis qu’en Chine, les blessures auto-infligées sont le principal facteur.Les directives de l’OMS sur la surveillance des blessures sont disponibles à l’adresse www.who.int/violence_injury_prevention/index.html